Cabinet Morenon Me contacter

Par téléphone :
06 98 38 74 82

Par mail :
M'ECRIRE

Localisation :
ME TROUVER

Réseaux sociaux :
LINKEDIN

Droit de la consommation


Le droit de la consommation, c’est quoi ?

Le droit du crédit et de la consommation doit sa raison d’être au déséquilibre des forces des parties à la plupart des contrats que nous signons au cours de notre vie. Si le droit des contrats a été conçu pour encadrer les obligations mutuelles que deux parties s’engagent à respecter l’une envers l’autre, le droit de la consommation permet de protéger celle qui n’est pas en position de négocier les termes de ce contrat.

Cette situation, tout à fait courante, correspond à l’hypothèse du contrat de prêt dont la banque impose les termes à son client, à celle du contrat d’assurance qu’il est impossible de négocier... Bref, à tous les contrats qualifiés dans le vocabulaire juridique de contrats d’adhésion, c’est-à-dire de contrats qui ne sont pas négociables à cause du déséquilibre des forces en présence.

Ce déséquilibre des forces a naturellement entraîné de nombreux abus que le droit du crédit et de la consommation tâche de rectifier en protégeant le consommateur contre le professionnel. C’est à ce titre que le droit de la consommation n’encadre pas les relations que les professionnels entretiennent entre eux.

Le rôle protecteur du droit de la consommation au moment de la formation du contrat

Dans ce contexte, le droit de la consommation intervient à tous les stades de la formation du contrat. Le code de la consommation met ainsi à la charge des professionnels une obligation d’information précontractuelle qui doit être respectée avant la formation du contrat et qui concerne notamment le prix et les conditions de la vente.

Lors du démarchage et des négociations, le texte favorise également certaines pratiques commerciales tout en prohibant les pratiques commerciales trompeuses ou agressives, l’abus de faiblesse, la vente liée, les ventes pyramidales ou « à la boule de neige », et ainsi de suite.

La formation du contrat est tout aussi encadrée puisque le législateur se prononce au sujet de la présentation du contrat et prohibe les clauses abusives, qui seront inopposables au consommateur sans considération pour une éventuelle prescription. Ces clauses sont identifiées et critiquées par la Commission des clauses abusives dont les avis non contraignants pour les tribunaux sont toutefois très influents.

En raison de leurs spécificités, de la place importante qu’ils occupent dans le quotidien des consommateurs que de leurs enjeux financiers, les crédits à la consommation et les crédits immobiliers font l’objet de dispositions spécifiques dans le code de la consommation.

C’est à travers ces dispositions que le droit bancaire rencontre le droit de la consommation au travers de notions comme le taux effectif global (TEG) ou taux annuel effectif global (TAEG), comme la Fiche d’information précontractuelle européenne normalisée (FIPEN) que les établissements de crédit doivent remettre à leurs clients, etc.

La complexité du droit de la consommation

Le droit de la consommation est ainsi un droit complexe qui concerne tous les français puisqu’il concerne tous les secteurs de leur vie économique. Véritable trame de fond, ce droit invisible s’applique souvent à des transactions de faible valeur dans lesquelles le recours au tribunaux ne se justifie pas – ce qui explique d’ailleurs pourquoi le législateur a favorisé l’apparition d’association de défense des consommateur. Pour autant, ce droit s’applique également à des opérations plus complexes qui nécessitent l’intervention d’un professionnel du droit.

Retour
Actualités
31/05/2022

Vente par adjudication : visite de l’immeuble et taxes

Pour que la vente se déroule dans de bonnes conditions, le créancier poursuivant doit organiser une visite des lieux qui doit permettre aux personnes intéressées…

25/05/2022

Vente par adjudication : l’information des tiers à la procédure

Avant que la vente par adjudication n’ait lieu, le créancier poursuivant doit informer certains tiers à la procédure.

19/05/2022

Vente par adjudication : la publicité

La vente forcée est organisée par les articles L. 322-5 à L. 322-13 et R. 322-26 à R. 322-72 du code des procédures civiles d’exécution.

10/05/2022

Le jugement constatant la vente amiable et ordonnant la radiation des inscriptions

Une fois la vente réalisée, le juge vérifie qu’elle est conforme aux conditions qui ont été fixées et, le cas échéant, ordonne la…

04/05/2022

Vente amiable : effets et contrôle de la réalisation

Les effets d’une vente volontaire Article L. 322-3 du code des procédures civiles d’exécution : « La vente amiable sur autorisation judiciaire produit…

25/04/2022

La conclusion de la vente amiable

L’orientation de la procédure de saisie vers une vente amiable impose au débiteur la réalisation d’un ensemble de diligences, dont l’exécution…

21/04/2022

La vente gré à gré dans le cadre d’une saisie immobilière

Article L. 322-1 du code des procédures civiles d’exécution : « Les biens sont vendus soit à l'amiable sur autorisation judiciaire, soit par adjudication.…

13/04/2022

L'appel en matière de saisie immobilière

Les spécificités de la procédure de saisie immobilière se prolongent en matière d’appel, avec de nombreuses règles propres à cette…

Me contacter, me poser une question
Veuillez préciser votre demande
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide